L’argent fait le bonheur Oui mais non

L’argent fait le bonheur, l’argent
On peut dire ce qu’on peut
Mais l’on fait pas ce qu’on veut
Sans l’argent

Je me souviens que lorsque la chanson est sortie, le magazine Filles d’aujourd’hui donnait un cd avec cette unique tune dessus. Je l’avais donné à mon cousin parce qu’il aimait cette chanson. Il la trouvait tellement drôle. Je me souviens de lui qui la chantait et ça nous faisait rire. J’ai pensé à lui cette semaine à mon nouvel emploi. À lui et à cette (mauvaise) chanson des Respectables.

Au fil de ma recherche d’emploi à Montréal, j’ai réalisé que l’argent ne devait pas être un but ultime. Oui j’ai grandement besoin de sous en ce moment car, comme tout le monde, les comptes continuent à entrer et ça faisait trois semaines que j’étais sans emploi, mais depuis la semaine passée, j’ai réalisé que je ne devais pas nécessairement trouver un travail pour faire le plus de sous possible. Pourquoi ? Parce que j’ai quitté un premier emploi comme je trouvais que ça n’y roulait pas assez et je me disais que je devais faire plus d’argent. Pourtant, l’équipe de ce premier restaurant était vraiment nice! Tout le monde y était super gentil! Malgré ça, je leur ai dit « désolée, j’ai trouvé autre chose ». J’ai donc essayé un second restaurant où j’étais optimiste que ça fonctionne. Je n’ai fait qu’une seule soirée à cet autre restaurant… Trois interminables heures. À la fin de mon shift, je suis sortie, j’ai appelé une amie et j’ai pleuré en lui disant que la serveuse qui devait me former était la fille la plus bitch et pas smathe que j’avais rencontrée dans toute ma vieNo joke. Je me suis dit que je ne pouvais pas travailler avec une personne si détestable, même si l’endroit semblait super et que c’était sûrement vraiment payant d’y travailler. Il y a des limites à se faire chier (pardon) même quand on fait beaucoup de sous! Jamais deux sans trois, je devais donc me trouver un nouvel emploi. À la suite de ma crise de larmes légitime et de mon appel à ma merveilleuse amie, cette dernière m’a envoyé une offre d’emploi pour un café félin (où, comme le nom le dit, il y a des chats qui chillent et vous tiennent compagnie).

Source : knowyourmeme.com

Je n’étais pas très enthousiaste à l’idée d’aller travailler dans un endroit où je ferais moins d’argent que dans un restaurant, mais je me suis dit qu’au moins les chats sont beaucoup plus faciles à gérer que les gens et ils sont en général plus doux et affectueux. J’irais travailler et câliner des chats, et du coup profiter d’une zoothérapie. Ça ferait aussi changement!

J’ai commencé à travailler dans ce café cette semaine et j’a-d-o-r-e l’endroit et les gens qui y travaillent (et aussi les chats qui y vivent ). Évidemment c’est un peu moins payant que dans ce restaurant où je travaillais à Québec, mais je termine mes journées et je suis heureuse et de bonne humeur; je n’appelle pas mes amies en pleurant.

Mon moral vaut plus que quelques dollars supplémentaires à la fin d’un quart de travail. C’est tout ce qui importe : être bien entourée et avoir du plaisir en travaillant. À quoi bon avoir beaucoup d’argent mais peu de plaisir? L’argent aide certes à atteindre un certain confort et à obtenir certaines choses plus facilement, mais il n’est pas essentiel pour être heureux (#truestory).

Raphaël, si tu pouvais être là et chanter cette chanson à nouveau, on réinventerait ensemble les paroles :

L’argent n’fait pas l’bonheur, l’argent

Commentaire(s)

Commentaire(s)