Bonjour. Merci. Vous me manquez. ou ce que l'on réalise quand on est loin

ll y a deux semaines, j’avais envie d’écrire un texte sur la solitude; sur comment elle fait du bien. Après les Fêtes, j’en ai eu grandement besoin. J’avais besoin d’être seule et faire les choses dont j’avais envie. De lire, d’écrire, de faire mes affaires. Sans personne. J’avais passé une partie des vacances de Noël à travailler au restaurant et dire « Bonjour » et « Merci » à genre 300 personnes par jour. J’avais passé une partie des vacances à travailler et faire ma fine quand tout le monde était en vacances sauf nous, aimable personnel de la restauration.

 Source : giphy.com

C’est un choix et je l’assume. J’adore mon emploi, mais j’ai eu besoin d’un break. C’était legit. J’ai donc fait l’ermite dans un chalet pendant quelques jours…

 Source : behappy.me

La solitude fait du bien mais…
Cette semaine, j’ai envie d’écrire que je m’ennuie d’être entourée et de voir plein de monde. J’ai quitté Québec pour vivre une nouvelle aventure et j’en suis profondément heureuse! Vraiment! Je savais que j’avais besoin de ce changement dans ma vie; d’avoir ce nouveau projet, cette nouvelle vie.
Pourtant, quelque chose manque…
Mes amies, mes collègues de travail et ma famille me manquent.
C’est l’enfer.
Être loin – bon je ne suis pas à l’autre bout du monde j’en conviens, mais quand même… – ça fait réaliser tellement de choses!

1. On n’a pas besoin d’être bien loin de son « chez-soi » pour s’ennuyer.

2. Ça fait réaliser ce qui compte vraiment.

Ça fait réaliser que de partager son quotidien avec ceux qui nous sont chers ça vaut tout l’or du monde. Que de pouvoir vivre et partager sa vie avec nos parents, grands-parents, ami(e)s, frère(s), soeur(s), tante(s), etc. constitue l’essence même du bonheur. Que sans eux, la vie est bien terne.

Source : canva.com

Qu’il faut profiter du temps passé avec eux, parce que comme je l’ai écrit ici, personne n’est éternel et on ne sait pas de quoi sera fait demain. Que la vie est pleine de surprises et de rebondissements! Que l’on doit parfois dire au revoir. Parfois temporairement, parfois pour longtemps. 

J’ai fait le choix de partir de Québec. J’ai juste encore du mal à assumer que ce choix impliquait de laisser derrière moi les personnes que j’aime le plus au monde. Elles me manquent et je voudrais pouvoir les voir chaque jour et leur dire chaque matin « Bonjour » et « Merci d’être là ».

Commentaire(s)

Commentaire(s)