Histoires de caca en voyage Quand on se compare on se console

Règle générale, les histoires de caca, ça ne me fait pas rire pantoute. Sauf celles de voyage. Sur le coup, je le concède, quand la tourista nous pogne, nous ne rions pas du tout, mais après coup, avouons-le, ça fait une bonne histoire à raconter. Il y en a d’excellentes qui me font pleurer tellement elles sont malaisantes et drôles. Juste pour le plaisir et pour rire, j’ai décidé d’exposer quelques histoires de caca ici.

Histoire de briser la glace quand même… voici la mienne!

Source : Giphy

Bolivie, 2010
Tout finit par se savoir
J’étais avec ma meilleure amie et nous prenions l’autobus pour retourner au Pérou. Avant le départ, ça n’allait pas du tout. J’avais tellement mal au ventre! Je ne sais pas si c’était l’altitude ou quoi (nous étions à La Paz, capitale la plus haute du monde), mais je savais pertinemment que je ne pouvais faire le trajet sans aller au petit coin. Toutefois, dans le bus, je ne sais trop pour quelle raison, nous ne pouvions utiliser les toilettes que pour faire pipi… mais je n’avais pas le choix. Ça feelait pas. J’y suis donc allée « en catimini » avant le départ. Je suis ensuite retournée m’asseoir sur mon siège, lequel était, évidemment, le premier en avant. Quelques minutes plus tard, le chauffeur se promenait dans l’allée en demandant à haute voix qui était allé utiliser la toilette. Incapable de cacher quoi que ce soit, je me suis mise à pleurer et j’ai avoué ma faute. Tout l’autobus était désormais au courant. Et tous ont su que j’ai dû payer pour ce que j’avais fait – même si j’avais fait ça proprement, dans les règles de l’art, ça l’air qu’il fallait payer pour faire caca…

Bref, la plus grande honte de ma vie je pense, mais ça nous fait rire mon amie et moi quand nous reparlons de ce voyage.


Charles, Maroc, 2005
Inconfortable tour de chameau
En voyage à Marrakech, le dernier soir venu, nous sommes allés manger sur la place Jemaa El Fna. Sur le point de quitter, j’aperçois un stand qui vend des pyramides d’escargots. Sans hésitation, j’en prends un bol. Le lendemain, nous quittons pour Ouarzazate, d’où nous devons partir en 4×4 avec un groupe privé pour faire un tour dans le Sahara. Je n’en glisse un mot à personne, mais mon ventre commence à faire de plus en plus mal… Arrivés aux portes du désert, nous devons monter nos chameaux. L’intestin travaille de plus en plus… Vêtu de mes shorts cargo, j’amorce les deux heures de périple qui nous mèneront dans un camp berbère. Les intestins luttent pour leur survie, mais n’y arriveront pas. Et c’est à mi-chemin, toujours sur le chameau, guidé par les Berbères tous vêtus de bleu, que les escargots ont fait leurs dommages. Vous vous douterez que la suite n’est pas très glorieuse…
Mais bon, le ridicule ne tue pas!


Josée, Panama, 2012
Rêve (ou cauchemar) devenu réalité    
J’étais en voyage avec mon nouveau copain. Je ne sais pas pour vous, mais moi, ça me prend un certain temps avant d’être à l’aise de faire un #2 devant un nouveau chum! Je peux vous dire qu’après cette péripétie, plus rien ne pouvait me mettre mal à l’aise devant lui!

Après avoir soupé dans un restaurant, je commençais à avoir des maux de ventre. J’ai passé une partie de la soirée à avoir des crampes, mais rien de majeur. Nous sommes allés dormir assez tôt puisque nous étions vraiment fatigués. Dans mon sommeil, je faisais le plus soulageant des rêves! Dans ce rêve, je gazais à souhait! Haha! Et OH MY GOD que ça me faisait du bien! Je n’avais plus mal au ventre! Mais quelque chose d’inconfortable me réveilla brusquement. J’étais couchée sur mon côté gauche et je sentais quelque chose qui coulait sur ma fesse droite! OH MON DIEU, JE VENAIS DE RÉALISER QUE JE VENAIS D’AVOIR LA CHIASSE DANS MON LIT À 2 CM DE MON NOUVEAU COPAIN! Et pas un petit caca… une diarrhée explosive!  J’étais en panique!  Je me suis levée en tirant le drap pour le mettre contre moi et j’ai hurlé à mon copain : « NE BOUGE SURTOUT PAS, JE DOIS ABSOLUMENT CHANGER LES DRAPS! » Pauvre garçon qui ne comprenait absolument rien à ce qui venait de se passer. J’ai dû lui expliquer que je venais de faire caca dans le lit juste à côté de lui et qu’il se pouvait fort bien qu’il en ait reçu sur lui! Heureusement, lui, il a trouvé ça extrêmement drôle et riait aux éclats! Moi j’étais en panique et je lui disais de fermer les yeux pendant que je changeais tous les draps! Je vous laisse imaginer la gêne que j’ai ressentie quand la femme de ménage de l’hôtel est passée à notre chambre pour récupérer les draps! Je ne voulais surtout pas qu’elle leur touche, alors j’ai trouvé un moyen de parler semi-espagnol pour lui faire comprendre de ne pas les ouvrir!


Michaël, Thaïlande, 2013
Ris de moi et tu verras
J’étais à Ko Samui avec ma blonde et, dans un marché, il y avait des pains au fromage qui nous faisait envie. Nous avions faim donc nous en avons achetés, les avons mangés et sommes partis marcher sur la plage. Tout d’un coup, un mal de ventre me frappe et une envie pressante de faire caca m’a prise! Genre vraiment pressante! Il faut dire que j’ai pour horreur de faire un #2 dans les endroits publics, donc la seule option était de retourner dans la chambre, laquelle se trouvait à quelques kilomètres d’où nous nous trouvions. J’ai donc couru, la crotte aux fesses, à la vitesse de l’éclair à notre hostel. Ma blonde trouvait ça vraiment drôle. Elle, étonnement, allait bien donc elle est restée à la plage. Heureusement, j’ai eu le temps de me rendre à la salle de bain! Je suis retourné sur la plage ensuite, où ma blonde m’attendait assise sur le sable. C’est au moment où elle se leva pour que nous reprenions notre marche que l’envie lui prise elle aussi! Mais elle, elle n’avait pas l’option de retourner à la chambre tellement ça pressait. Paniquée, elle a couru sur un resort pour aller se soulager à son tour.

Aucun dégât pour nous deux. Tout s’est bien terminé. Mais du pain au fromage en Thaïlande, nous n’en avons pas remangé!


Jessica, Laos, 2013
Pour le meilleur et pour le pire
J’étais au Laos et les champignons étaient bien d’actualité alors moi et mon chum avons décidé d’en manger. C’était une belle soirée. Ça se déroulait A1. Le lendemain, nous partions pour le Vietnam donc nous avions tout notre stock, puis nous sommes allés déjeuner. Pis là câline, l’envie de péter me pogne et je me lève la fesse droite et à la place d’être une flatulence, c’est un pet sauce qui sort… devant mon chum! Pas chic! Je voulais aller laver mes bobettes et mes culottes dans la salle de bain donc je suis partie, mais et je me suis retrouvée entre 3 murs de ciment, un rideau faisant office de porte et devant une chaudière d’eau pour se laver les mains. Résultats : mes bobettes et jeans sont allés tout droit dans les poubelles en arrière du restaurant!


Mathieu, Sri Lanka, 2017
« Vestiges » sri lankais
Ma pire histoire de crotte est arrivée au Sri Lanka. C’était le 13 avril 2017, fête nationale du Nouvel An sri lankais et aussi l’avant-dernière journée avant de quitter le pays. Andréane et moi avons pris des autobus bondés pour nous rendre au pied du Sri Pada. Cette montagne s’appelle aussi le pic d’Adam et serait l’endroit où le premier homme aurait mis le pied sur terre. Chaque Nouvel An, en pleine nuit, des milliers de pèlerins viennent gravir les 5 500 marches qui mènent au sommet pour y prier devant le premier lever de soleil de l’année. Après une courte sieste, nous nous sommes réveillés à minuit pour commencer l’ascension avec les moines. C’est évidemment là que ça a commencé. Mon ventre s’est mis à faire des bruits bizarres. Il s’est mis à « chanter » des chants gutturaux avec la même intensité que les moines qui l’entouraient. Il fallait une toilette et vite! mais en pleine montagne au Sri Lanka, impossible. Je vous épargne les détails des heures qui ont suivi, mais j’ai définitivement laissé ma trace au Sri Pada.


Êtes-vous prêts ou prêtes pour votre prochain voyage?
Ça vous est déjà arrivé?

Commentaire(s)

Commentaire(s)