Un jour, on t’offrira de la soupe

Je donne beaucoup. De mon temps. De mon écoute. De mon énergie.
Je suis une épaule. Une oreille. Une fille. Une sœur. Une amie. Des fois une psy.
Je donne généralement plus que je ne reçois. Le bonheur des autres fait mon bonheur. Ça me fait plaisir donner de mon temps, de mon écoute, de mon énergie, des petites attentions ici et là – sauf quand on commence à prendre pour acquis que je vais le faire, mais ça c’est une autre histoire…

Quand on me fait cadeau de quelque chose – et ça ne me prend pas grand-chose vous verrez – ça me touche vraiment. Les petites choses que je peux recevoir en retour me comblent de joie.

L’autre jour, un ami m’a offert de la soupe.
C’est niaiseux, mais j’étais tellement contente! C’était un geste tellement simple, mais j’en étais heureuse et touchée, aussi banal que ça puisse paraître. Puis ça m’a fait réfléchir, aussi bête que ça puisse paraître. Ce n’est pas la crème d’asperge qui m’a fait réfléchir, mais le geste en soit. J’ai pensé aux relations que j’avais, que j’ai eues. Donner, ça va – et ça devrait toujours aller – dans les deux sens. J’ai toujours donné beaucoup. De mon temps. De mon écoute. De mon énergie. De mon amour. De mon être. J’ai reçu peu – ce qui n’est pas nécessairement mal ou négatif parce que j’ai appris beaucoup!

J’ai appelé mon ex il y a quelques jours. Il me connait et sait quoi me dire quand ça ne va pas… Avec lui, après notre relation, même si c’est fini, ça va dans les deux sens. On a gardé contact et on se parle parfois de nos trucs… Et là je lui parlais de ma récente rencontre et qu’elle me faisait me questionner sur certaines choses, dont ce que j’avais à donner et ce que je pouvais recevoir… Mon ex était au courant de l’histoire de la soupe parce que je lui en avais glissé un mot un peu plus tôt. Il m’a dit « un jour tu vas trouver quelqu’un qui t’offrira encore de la soupe ». Il a dit cela au sens où, j’allais recevoir naturellement en amour, un jour, en retour.

Je ne veux pas, je ne peux pas, attendre après quelqu’un dans l’espoir qu’un jour peut-être cette personne me donnera à son tour autant que j’aurai donné. Je veux pouvoir offrir, mais dès le départ, ça devrait aller dans les deux sens. En amour comme en amitié, on devrait pouvoir donner et recevoir de la soupe, et partager plein d’autres bonnes et belles choses.

Commentaire(s)

Commentaire(s)